Un très très mauvais été pour Apple !

J’ai un excellent ami qui adore Apple ! Ah Christophe… C’est littéralement le fan absolu. Il est capable de transformer un défaut du système iOS en “fonctionnalités” ou utiliser l’argument “c’est mieux comme ça, parce que c’est plus facile pour les gens !” a tout bout de champs. L’argument qui est utilisé le plus régulièrement maintenant est que le “vilain” Google aspire tel un vampire vos données pour rendre l’humanité exclave (enfin presque ça quoi) ! Allez je suis sûre que vous connaissez deux ou trois bon copain comme ça ? 

Que le chevalier blanc Apple s’avance, je déclare la joute ouverte ! Voici un petit récap’ des évènements.

  • 7 juillet : une étude financée par Facebook montre que 75% des 20 applis les plus utilisées sur iOS sont développées par Apple ce qui n’est pas génial pour la concurrence.
  • 9 juillet : le tribunal fédéral australien a autorisé le procès Epic Games vs Apple à continuer indépendamment de celui en Californie.
  • 16 juillet : Xiaomi est devenu le second plus gros fabricant de smartphones devant Apple et derrière Samsung.
  • 16 juillet (bis) : à la demande d’Amazon, Apple a retiré Fakespot de l’App Store, une appli permettant de détecter les avis bidons sur le supermarché en ligne.
  • 19 juillet : le spyware Pegasus qui a servi à espionner des hommes politiques et des journalistes a infecté des iPhones au même titre qu’Android.
  • 28 juillet : afin de lutter contre le travail à distance, Apple a fermé des discussions sur le Slack interne de la boîte. 
  • 4 août : Apple met sur la touche Ashley Gjøvik, une senior engineering program manager, après qu’elle se soit plaint de sexisme dans la boite.
  • 5 août : Apple confirme que la technologie NeuralHash sera présente dans iOS 15 et macOS 12 (Monterey).  Cette dernière scanne les photos que vous avez prises avant de les envoyer sur iCloud et les compare à une base de données pour vérifier qu’elles ne contiennent pas d’enfants en danger et/ou en train de faire des trucs glauques/illégaux. Si l’idée est louable, les défenseurs des libertés publiques pointent du doigt le fait qu’entre de mauvaises mains cette technologie peut être détournée pour, par exemple, traquer les opposants politiques. Typiquement en Chine, les données utilisateurs d’Apple sont hébergées dans un centre de données géré par le gouvernement.
  • 5 août (encore) : Apple se fait gauler en train de faire la promo d’applis arnaqueuses sur l’App Store.
  • 11 août : des sénateurs républicains et démocrates s’allient pour présenter une loi ciblant les abus de position dominante d’Apple et Google. En réponse ces derniers intensifient leurs efforts de lobbyisme via le groupe de pression Chamber Of Progress dont le seul but est de s’assurer que les géants de la tech conservent leur statut.
  • 13 août : des députés républicains et démocrates s’allient pour présenter une loi similaire visant à forcer Apple et Google à autoriser la compétition à proposer leur système de paiement et leur boutique d’applis.
  • 18 août : Apple censure tout en Chine jusqu’aux gravures qu’on peut faire sur ses iMachins.
  • 23 août : le groupe #AppleToo fait son apparition afin de dénoncer les injustices au sein de la boîte.
  • 25 août : le parlement coréen fait un premier pas dans l’interdiction de l’obligation de verser des commissions à Apple et Google sur les achats faits au sein des applis
  • 26 août : un procès de deux ans intenté à Apple par des développeurs de l’App Store se conclue par un règlement à l’amiable. Il stipule que tous les développeurs sur l’App Store peuvent maintenant dire par email à leurs clients qu’ils peuvent utiliser un autre moyen de paiement que l’App Store pour les abonnements et micro-transactions. Apple va aussi verser 100 millions de dollars aux développeurs qui ont intenté le procès. Gag : les avocats de ces derniers vont toucher 30 millions de dollars. C’est à croire que la commission de 30% est vraiment universelle… Là où les choses deviennent intéressantes c’est que la juge en charge de ce procès est Yvonne Gonzalez Rogers, la même juge qui a présidé le procès Epic Games contre Apple.

Source : Vous trouverez sur le site Factornews.com (“iOS = Détresse”) l’original de ce billet

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.