« Pour une révolution fiscales » (Thomas Piketty)

Après l’écoute du podcast « Quadratour du Net » et en particulier la partie de Docteur No, un petit post sur Thomas Piketty s’impose ! Avant de poursuivre, un petit tour sur le cv du monsieur via Wikipedia :

Thomas Piketty (né le 7 mai 1971 à Clichy) est un économiste français. Docteur en économie et ancien élève de l’École normale supérieure, il est spécialiste de l’étude des inégalités économiques, en particulier dans une perspective historique et comparative. Il a reçu en 2002 le Prix du meilleur jeune économiste de France. Promoteur majeur de l’École d’économie de Paris, il y est aujourd’hui professeur. Il est également directeur d’études à l’EHESS.

Piketty est éditorialiste pour le journal Libération et a publié occasionnellement des tribunes dans Le Monde.

Janvier dernier, Camille Landais, Thomas Piketty et Emmanuel Saez publient un livre et mettent en ligne un site pour dénoncer l’injustice du système fiscal français. Vous pouvez d’ailleurs téléchargez le livre en format pdf directement sur le site. Et sans oublié le simulateur en ligne qui vous permettra de concevoir votre propre réforme fiscale

Après avoir fait deux trois essais avec le simulateur, une seule réflexion me viens à l’esprit : « Navrant » ! Ou pour aller – légèrement – plus loin… Au delà de la crise économique actuel, la véritable crise est avant tout politique. Quelques soit le bord que l’on écoute, nos politiques sont au mieux incompétent, ou au pire malhonnête. Je ne suis pas économiste, et – à ce que dit ma femme – disons le clairement plutôt d’une intelligence / culture moyenne, mais j’ai l’impression que les auteurs ne font pas la différence entre les impôts et les cotisations sociales (« Assurance maladie », « Assurance vieillesse »…). Il est difficile de comparer un système de cotisations par répartition (comme en France) et un système privés (comme aux USA). Sinon, il est possible de ne voir dans cette étude qu’une « mascarade idéologique » et non une réelle étude fiscale… Mais bon, la vrai question serait peut-être pour qui bossent nos politiques, pour le bien commun ou par pur clientélisme ?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *