« Manhattan à l’envers » de Peter F. Hamilton

"Manhattan à l'envers" de Peter F. HAMILTONAprès « L’Étoile de Pandore », suivis de la « Trilogie du Vide », le dernier roman de Peter F. Hamilton paraîtra le 23 novembre 2012. Hamilton nous offre une vois encore une fenêtre sur le Grand Commonwealth et cette fois-ci, en nous plongeant dans la vie de Paula Myo, la détective omniprésente dans les deux premières trilogie.

Présentation de l’éditeur

La détective Paula Myo – qui joue un rôle essentiel dans L’Etoile de Pandore et La Trilogie du Vide – est la vedette du recueil Manhattan à l’envers. De En regardant pousser les arbres, enquête sur un meurtre à Oxford dans un XIXe siècle alternatif, au Chaton éternel, questionnement sur la jeunesse perpétuelle, Peter F. Hamilton signe un recueil traversé de thèmes complexes, qui donne un aperçu de la nature humaine. Une excellente introduction à l’œuvre de l’auteur et un incontournable pour tous les fans.

Biographie de l’auteur

Peter F. Hamilton fait partie des auteurs anglais qui occupent depuis quelques années le haut du pavé dans le domaine de la science-fiction, rivalisant sur tous les plans avec les auteurs américains. Il est né en 1960 dans le comté de Rutland et vit toujours dans la même région d’Angleterre, près du village de Rutland Water. Il a débuté en 1988 dans les pages du magazine Fear, superbe revue abondamment illustrée due à John Gilbert et consacrée à l’horreur sous toutes ses formes, de la littérature au cinéma en passant par la bande dessinée. Ses textes furent ensuite publiés dans Interzone et dans diverses anthologies anglaises. Ses premiers romans, Mindstar Rising (1993), A Quantum Murder (1994) et The Nano Flower (1995), constituent une trilogie relevant du cyberthriller. L’Angleterre de la première moitié du XXIe siècle s’y remettait difficilement de changements climatiques drastiques, d’une crise de l’énergie qui n’avait laissé que quelques voitures roulant sur des routes défoncées, et d’une période de dictature d’extrême gauche. Dans ce décor soigneusement construit, Hamilton racontait trois aventures indépendantes d’un ex-militaire au corps modifié et artificiellement doué de pouvoirs paranormaux, se déroulant sur près de deux décennies. Ce monde riche et en totale évolution sur la période couverte par les trois histoires n’était cependant qu’un prélude à l’œuvre colossale que constituent les dix millions de signes de L’Aube de la nuit, résultat de six ans de travail, et dont la publication débuta en 1996. Epopée démesurée, gigantesque roman forcément découpé pour sa publication, L’Aube de la nuit décrit un lointain futur, une galaxie colonisée par l’Homme, dotée d’une diversité extraordinaire de cultures héritées de notre siècle, et soudain confrontée à un péril irrésistible venu du passé de l’Humanité.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *