Les Diables Verts nous offre « Le Temps brûle », un voyage sensitif autour de la poésie d’Aragon

Affiche du spectable "Les Diables Verts" : Le temps brûle

C’est [encore] lundi et nous revoilà de retour d’un week end à Paris plein de musique et d’art ! Samedi dernier – 17 mars 2012 – nous avons assisté a la représentation « Le Temps qui Brûle » à l’espace Pierre Cardin (à la Concorde).

Description : Un quartet d’un nouveau genre, trois prodiges de la musique et un homme qui danse, la folie d’un chorégraphe, une poésie absolument animale : un attentat poétique. Un spectacle vivant, incarné, déstabilisant, insoumis, révolté, armé d’éphémère !

Avec Julien Derouault (danse & texte) – Malik Berki (Dj électro / hip hop) – David Enhco (Trompette) – Clément Simon / Thomas Enhco (piano)

Sur une idée originale de Julien Derouault et mis en scène par Marie-Claude Pietragalla, 4 personnalités venues d’horizons artistiques différents et emblématiques de la jeune création française, s’associent pour former un nouveau quartet : Les Diables Verts.

Voici un concept innovant, où se rencontrent la musique jazz des deux prodiges Thomas et David Enhco, les sons urbains et électroniques du DJ Malik Berki, et Julien Derouault, chorégraphe et danseur, qui relève le défi de danser la poésie mais également de la dire. Mêlant danse, poésie, jazz et électro, les Diables Verts proposent un voyage sensitif autour de la poésie d’Aragon.

La musique s’entend, se voit, et se lit !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *