André Kertész

André Kertesz : « Painting his shadow »

André Kertesz : « Painting his shadow »

André KERTESZ est un photographie d’origine hongroise né en 1884 à Budapest et décédé en 1985 à New York. Son oeuvre pourrait s’interpréter en paraphrasant l’une de ses phrases : « J’interprète ce que je ressens à un moment donné. Pas ce que je vois, mais ce que je ressens. »

Deux expositions lui sont actuellement consacrées, l’une au Musée du Jeu de Paume jusqu’au 6 février 2011 à Paris et l’autre au Château de Tours. Une rétrospective complète de l’oeuvre d’André Kertesz. Des tirages parfois trop petits, certes,mais avec Budapest, Paris et New York comme terrains de jeu, sur plus de 60 ans de carrière, on retrouve avec délice toute l’évolution du ressenti de l’artiste. Vous pouvez d’ailleurs retrouver une magnifique description de son œuvre sur le blog de « Pour quelques grains« .


On pourrait souligner plusieurs « cycle » de l’œuvre de KERTESZ  :

  • les photos « symétrique » mettant en scène des décors composé ou chaque élément se répond de façon géométrique ;
  • les jeux de reflets et de déformations provoquées par l’eau ou les miroirs ;
  • les scènes de lecture ou l’on voit des enfants, des promeneurs en train de lire ;
  • les photos de rue ou de jardins publics prisent en hauteur ;
  • les différents portraits de KERTESZ en présence de masques, par ombres projetées ou encore à travers une glace ;

 

Quelques citations d’André Kertész

« Ma photographie est vraiment un journal intime visuel […]. C’est un outil, pour donner une expression à ma vie, pour décrire ma vie, tout comme des poètes ou des écrivains décrivent les expériences qu’ils ont vécues. C’était une façon de projeter les choses que j’avais trouvées. »

« Je ne documente jamais, j’interprète toujours avec mes images. C’est la grande différence entre moi et beaucoup d’autres. […] J’interprète ce que je ressens à un moment donné. Pas ce que je vois, mais ce que je ressens. »

« Une bonne photographie transmettra quelque chose non seulement à l’œil, mais aussi à l’intérieur. Les yeux ne sont jamais suffisants. Les yeux sont toujours entre l’image et l’âme […] Je ne sors pas pour photographier. J’ai toujours mon appareil avec moi et je m’arrête pour photographier des choses qui me captivent. Souvent, je ne prends même pas une photo. »

« Je n’ai jamais simplement « fait des photos ». Je m’exprime par la photographie. » « Mon anglais est mauvais. Mon français est mauvais. La photographie est ma seule langue. »

« On a dit que mes photos « semblent plutôt sortir d’un rêve que de la réalité ». Il y a une association inexplicable entre moi et ce que je vois. »

« Je me considère toujours comme un amateur aujourd’hui, et j’espère que je le resterai jusqu’à la fin de ma vie. Car je suis éternellement un débutant qui découvre le monde encore et encore. »

Voici deux videos issues de Youtubes :

Incoming search terms:

  • andré kertész oeuvre
  • André Kertesz Painting his shadow

3 Comments

  1. Gaëlle

    Deux expositions effectivement passionnantes. Je recommande presque plus celle de Tours qui représente une série de personnes en train de lire. Cela peut paraître un sujet restreint pour faire une série mais KERTESZ est arrivé à renouveler les poses, les situations et toujours à jouer avec les ombres et les reflets pour produire de nombreux clichés, chacun porteurs d’une ambiance distincte.

    Reply

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *